LA FONTANELLA - RESTAURANT, HEBERGEMENT, BED & BREAKFAST A LA ROCHE-EN-ARDENNE

Restaurant et logements à La Roche-en-Ardenne
Français Nederlands


  ● Le chemin des morts
  ● Le Moulin à écorces
  ● Bombardier à Bérismenil
  ● Les 675 ans de La Roche
  ● Le Moulin de la Rompré
  ● L’ hôtel de Ville
  ● Chemin de Saint Quoilin
  ● Patrimoine Historique
  ● Prioux Michel
  ● Hôtels au siècle dernier
  ● Le puits du château
  ● Video travaux château
  ● Video Suite
  ● Melreux - La Roche
  ● Pitoyable spectacle
  ● Séjour à Laroche
  ● test

 

LA FONTANELLA
M & Mme Bellinaso-Modave
Rue Châmont 32
6980 La Roche-en-Ardenne
Tél. 00 32 (0) 84 411 773
GSM 00 32 (0) 498 262 870

Pour nous contacter
 

Historique

_____________________________________________________________________

Home > Historique > Bombardier à Bérismenil

Le 13 avril 1944, un bombardier s'écrase à Bérismenil


Il y a un an, les commémorations du soixantième anniversaire de la Libération et de la Bataille des Ardennes débutaient, dans notre commune, à Bérismenil.A cette occasion, un hôte de marque s'était déplacé, James Roche, secrétaire de l'US Air Force. Lors de cette journée, toutes les délégations se sont rendues au monument des Crestelles, lieu chargé d'histoire.Ce monument a été érigé, comme cela est mentionné sur la plaque qui se situe sur l'ouvrage même, en mai 84, soit quarante ans après les faits qu'il commémore. On doit ce dernier à l'architecte rochois Francis Simon. Cet édifice, en pierre, est surmonté d'une hélice. Il rappelle la chute, en avril 1944, d'une forteresse volante près du village de Bérismenil. Objectif : SchweinfurtUn petit rappel chronologique s'impose. Depuis longtemps, les Allemands ne possèdent plus la maîtrise de l'air. Des vagues successives d'avions alliés bombardent les principales villes allemandes. Non seulement les centres économiques sont visés mais, la volonté du Bomber Command est de saper le moral de la population.Le 13 avril 1944, le B-17 G surnommé « The Joker » prend part à une de ces missions. L'objectif : la ville industrielle de Schweinfurt, en plein cœur de l'Allemagne. Peu avant d'arriver sur cet objectif, la chasse allemande s'acharne sur les bombardiers. Pendant quelques minutes, c'est l'enfer. Les chasseurs chargés de protéger la formation alliée ont un peu de retard. A leur arrivée, les Allemands abandonnent le combat. Des 24 appareils du 384ème groupe, seuls 11 arrivent sur l'objectif. Pour ces « rescapés », c'est un nouvel enfer qui commence. La flak allemande se déchaîne. Le bilan est très lourd : 26 hommes tués et 9 appareils abattus. Parmi ces victimes, un jeune âgé d'une vingtaine d'année, le sergent-technicien James Young, mitrailleur au sein de l'équipage. Bruit étrangeCe 13 avril 1944, peu avant 15 h, les habitants de Bérismenil sortent de leur maison. En cause, le bruit suspect d'un avion, volant à très basse altitude. Il s'agit du Joker qui, quelques minutes plus tard, va s'écraser sur la colline des Crestelles. Un des moteurs de l'appareil se désolidarise des ailes et boute le feu aux arbres avoisinants. Accourus très rapidement, les villageois, qui avaient vu, par ailleurs, s'ouvrir 3 parachutes, se rendent sur les lieux du crash. Ces habitants de Bérismenil, parmi lesquels se trouvait le bourgmestre Joseph Mottet, retrouveront le corps calciné du jeune aviateur. Une croix sera placée à cet endroit quelques jours plus tard. Les Allemands, qui s'étaient rendus sur les lieux à la recherche des aviateurs, inhumeront le sergent Young à proximité de l'aérodrome de Florennes. Le corps sera exhumé après la guerre et transféré au cimetière militaire de Saint-Avold, dans la région de Metz. Le nom de ce jeune héros figure en lettres d'or sur le monument aux morts du village, situé près de l'école.

Jean-Michel Bodelet